Résolutions de l'assemblée de la Malbaie

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Résolutions de l'assemblée de la Malbaie
Sujets patriotes
25 juin 1837



Sur motion de Joseph Brassard, secondée par M. Louis Tremblay.

RÉSOLU, 1 : Que nous avons toujours considéré et considérons encore la Chambre d'assemblée de cette province comme le seul organe constitutionnel des voeux et des volontés du peuple canadien; ce corps n'ayant jamais cessé d'être le protecteur énergique et infatigable des libertés et des droits des loyaux sujets de Sa Majesté en cette province.

Sur motion de M. Timothée Dufour, senior, secondée par M. Félix Brassard.

RÉSOLU, 2 : Qu'en déléguant en cette province, la commission dite royale, les ministres de Sa Majesté ont grossièrement insulté les habitants de ce pays, puisque l'adoption de cette mesure comportait des doutes sur la vérité et la justice des représentations souvent adressées à Sa Majesté par l'entremise de la Chambre d'assemblée.

Sur motion du vice-président, secondée par M. le président.

RÉSOLU, 3 : Que nous avons appris avec le sentiment d'indignation qu'inspire l'injustice que Sir John Russel avait osé proposer à la chambre des communes d'Angleterre une série de résolutions indignes d'un homme de bien et attentatoires à nos libertés et à nos droits constitutionnels les plus chers, mais que nous savons assez les apprécier pour les défendre en hommes libres et pour ne céder qu'avec la force.

Sur motion de M. le président, secondée par docteur Lavaux.

RÉSOLU, 4 : Que nous avons vu avec surprise et chagrin que loin d'être dictés par les principes libéraux qui devraient toujours guider les hommes d'État de l'Empire britannique au dix-neuvième siècle, les rapports de la dite commission sont basés sur les opinions formées sous l'influence des préjugés nationaux et tendent à perpétuer ou accroître les difficultés qui depuis si longtemps retardent le développement des améliorations dont cette belle partie des possessions britanniques est susceptible.

Sur motion de M. Jean-Bte. Pépin Lachance, secondée par M. André Hervey.

RÉSOLU, 5 : Que nous regrettons sincèrement que les ministres de Sa Majesté, méprisant les voeux du peuple canadien, si énergiquement exprimés par ses représentants et soumis au parlement impérial l'an dernier, mais qu'ils aient pris pour base de leur conduite envers cette province les rapports partiaux et incorrects de la dite commission et refusent de mettre un terme aux maux que nous souffrons depuis si longtemps, en changeant la constitution du Conseil législatif, cause première et féconde des dissensions qui déchirent cette province.

Sur motion du docteur Lavaux, secondée par M. le secrétaire.

RÉSOLU, 6 : Que la propostion des résolutions coercitives proposées par Sir John Russel contre un peuple loyal et souffrant, n'a pas été reçue par la chambre des communes d'Angleterre avec l'horreur que devaient inspirer à ce corps, des mesures subversives des droits qui nous sont communs avec le peuple anglais de qui nous avons appris à les chérir et à les défendre.

Sur motion de François Boulianne, ecr., secondée par M. P. Savard.

RÉSOLU, 7 : Que cette absence de sympathie de la part de la majorité de nos co-sujets britanniques nous obligera de chercher ailleurs, la protection et la justice que nous avions droit d'attendre du gouvernement britannique, d'après les traités et les engagements contractés avec nous par cette puissance.

Sur motion de M. Joseph Brassard, secondée par M. Ant. Guay.

RÉSOLU, 8 : Que si le gouvernement impérial violait notre constitution en privant la chambre d'assemblée du contrôle exclusif des deniers prélevés sur le peuple canadien, seul moyen constitutionnel d'obtenir justice et d'empêcher les nombreuses empiétations des autres branches de la législature en cette province sur les droits du peuple les mieux reconnus et les plus directement définis, alors nous considérerons comme rompu et nul le contrat social qui nous attachait à l'empire britannique, qui en cessant de remplir ses engagements nous relèverait des obligations que les traités nous imposent.

Sur motion de M. Bazile Savard, second.e par M. Ignace Marié.

RÉSOLU, 9 : Que sans abandonner les autres moyens de nous soustraire au despotisme de Downing Street il est du devoir de tout bon citoyen de travailler immédiatement à restreindre autant que possible, les revenus dont les ministres de Sa Majesté prétendent s'emparer pour payer les officiers publics, afin de les rendre indépendants des votes annuels de la Chambre d'assemblée pour le payement de leurs salaires.

Sur motion de M. Philippe Savard, secondée par M. Vital Gaudreault.

RÉSOLU, 10 : Que les deniers du peuple dont les ministres de Sa Majesté sont sur le point de s'approprier le montant en vertu du droit de plus fort, proviennent des impôts prélevés sur le thé, le rum, le brandy, les vins, le sucre, le tabac et sur les marchandises importées d'Angleterre en ce pays, qu'il est en conséquence du devoir de tous bons citoyens, sinon d'abandonner l'usage de ces articles du moins encourager leur importation des États-Unis, d'où on peut se les procurer d'aussi bonne qualité et à plus bas prix et d'encourager nos manufactures.

Sur motion de M. André Hervey, secondée par M. P. Harvey fils de Pierre.

RÉSOLU, 11 : Qu'il est urgent d'organiser des associations patriotiques par toute la province afin de faciliter l'adoption des moyens plus efficaces de revendiquer nos droits constitutionnels.

Sur motion de M. Dominique Bouchard, secondée par M. Ls. Villeneuve.

RÉSOLU, 12 : Que les principes qui ont dicté les résolutions des comtés des districts de Québec et de Montréal, sont ceux de la population du comté du Saguenay qui sera toujours disposé à réunir ses efforts, à ceux de ses concitoyens pour défendre leurs libertés envahies.

Sur motion de P. Bilodeau, secondée par Ansiac Bheerer.

RÉSOLU, 13 : Que l'hon. Ls. J. Papineau a droit à notre plus vive reconnaissance et qu'il est digne à justes titres du respect et de l'estime de ses concitoyens dont il est le protecteur habile et zèlé.

Sur motion de M. Louis Blanchard, secondée par M. Aug. Gagnon.

RÉSOLU, 14 : Que Messrs. O'Connell, Robebuck, Leader, Sir William Molesworth, Messrs. Grote et Buller et les autres membres de la chambre des communes d'Angleterre qui ont élevé leurs voix en faveur du peuple canadien opprimé et victime des vils préjugés nationaux, sont dignes de notre reconnaissance et que la sympathie qu'ils ont montrée pour nous est vivement sentie, et elle ne sera jamais oubliée par les habitants de ce comté.

Le Libéral,
31 octobre et 10 novembre 1837



Domaine public Ce texte fait partie du domaine public, soit parce que son auteur a renoncé à ses droits (copyright), soit parce que ses droits ont expiré ou encore parce que l'œuvre précède l'apparition du droit d'auteur. Le texte peut donc être librement diffusé et/ou modifié.