Que Dieu sauve l'Irlande

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Que Dieu sauve l'Irlande
Traduit de l'anglais par :
Mathieu Gauthier-Pilote
novembre 2009


Les paroles de la chanson originale :
God Save Ireland, 1867




Chanson écrite par Timothy Daniel Sullivan en 1867 à la mémoire des trois martyrs de Manchester (Michael Larkin, William Phillip Allen, and Michael O'Brien). God Save Ireland est une parodie de God Save the Queen, hymne national et royal du Royaume-Uni.



1
High upon the gallows tree swung the noble-hearted Three.
By the vengeful tyrant stricken in their bloom;
But they met him face to face, with the courage of their race,
And they went with souls undaunted to their doom.

Chorus

"God save Ireland!" said the heroes;
"God save Ireland" said they all.
Whether on the scaffold high
Or the battlefield we die,
Oh, what matter when for Erin dear we fall!1

2

Girt around with cruel foes, still their courage proudly rose,
For they thought of hearts that loved them far and near;
Of the millions true and brave o'er the ocean's swelling wave,
And the friends in holy Ireland ever dear.
--Chorus--

3

Climbed they up the rugged stair, rang their voices out in prayer,
Then with England's fatal cord around them cast,
Close beside the gallows tree kissed like brothers lovingly,
True to home and faith and freedom to the last.
--Chorus--

4

Never till the latest day shall the memory pass away,
Of the gallant lives thus given for our land;
But on the cause must go, amidst joy and weal and woe,
Till we make our Isle a nation free and grand.
--Chorus--
1
Du haut de la potence trois cœurs nobles ont balancé.
Par le tyran vengeur abattus dans la fleur de l'âge;
Mais ils l'ont regardé droit dans les yeux avec le courage de leur race,
Et ont quitté ce monde le cœur au ventre.

Cœur

« Que Dieu sauve l'Irlande! » dirent les héros;
« Que Dieu sauve l'Irlande » dirent-ils tous.
Du haut de l'échafaud
Ou sur le champ de bataille nous mourrons,
Oh, quelle importance si c'est pour notre chère Érin que nous tombons!

2

Encerclés d'ennemis cruels, ils affichaient toujours fièrement leur courage,
Car ils pensaient à tous ces cœurs qui partout les aimaient;
Aux millions de braves et de justes de l'autre côté des vagues de l'océan,
Et aux amis dans la sainte Irlande si chère.
--Cœur--

3

Ils ont monté l'escalier raboteux de l'échafaud, fait résonner la prière de leurs voix,
Et la corde fatale de l'Angleterre au cou,
Sur la potence près l'un de l'autre ils se sont embrassés comme des frères,
Fidèles au pays, à leur foi et à la liberté jusqu'au dernier moment.
--Cœur--

4

Jamais jusqu'à la fin des temps ne sera oublié la mémoire,
De ces vaillantes âmes données au pays;
Mais qui pour sa cause doivent partir, pour le meilleur et pour le pire,
Jusqu'à ce que nous fassions de notre Île une nation libre et grandiose.
--Cœur--