Manifeste aux ouvriers du Canada

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Manifeste aux ouvriers du Canada
dans Le Réveil, volume 1, numéro 1, 8 septembre 1894, p. 8-9.




RÉSUMÉ : Manifeste ou programme du Parti socialiste ouvrier qui aurait circulé lors de la Fête du travail quelques mois plus tôt[1].



COMPAGNONS,

Le parti socialiste ouvrier profite de cette occasion pour attirer votre attention sur la nécessité de vous ranger sous sa bannière, si vous voulez vous affranchir de la dépendance industrielle de la classe des capitalistes. Continuer à laisser entre leurs mains le pouvoir politique c'est se mouvoir dans un cercle de vol et d'oppression dont il est chaque jour plus difficile de sortir. Nous déclarons donc que, par suite de la perversion de la démocratie pour servir les fins de la ploutocratie, le travail est privé de la richesse qu'il est seul à produire, et ne peut pas obtenir les moyens de s'utiliser; l'inaction obligatoire causée par la réduction des gages au niveau de l'esclavage lui enlève même les moyens de se procurer les choses essentielles à l'existence.

La puissance humaine et les forces naturelles sont ainsi gaspillées pour servir au règne de la ploutocratie.

L'ignorance et la misère, avec les maux qui les accompagnent, subsistent sans entraves afin que le peuple soit tenu en servitude.

La science et les inventions sont distraites de leur but humanitaire, pour l'asservissement des femmes et des enfants.

Le parti socialiste ouvrier proteste une fois de plus contre ce système. Une fois de plus il réitère sa déclaration fondamentale que l'appropriation par des particuliers des sources naturelles de production et des instruments du travail, est la cause indiscutable de toute servitude économique et de toute dépendance politique. Et,

Attendu que le temps arrive rapidement où, dans le cours naturel de l'évolution sociale, par l'action destructive de son impuissance et des crises qu'il produit, et les tendances envahissantes des combinaisons de capitalistes qu'il permet, ce système aura amené lui-même sa propre chute.

Qu'ils soit donc :

Résolu que nous faisons appel au peuple pour qu'il s'organise en vue de substituer une communauté coopérative à l'état actuel de production erronée, de guerre industrielle et de désordre social, une communauté dans laquelle chaque travailleur aura le libre exercice et l'entier bénéfice de ses facultés multipliés par tous les facteurs modernes de la civilisation.

Nous en appelons à eux pour s'unir à nous dans un puissant effort destiné à mettre entre nos mains, par tous les moyens pratiques, le pouvoir politique.

En même temps et dans le but d'améliorer immédiatement la condition des travailleurs, nous présentions les demandes qui suivent :

DEMANDES SOCIALES

1. Réduction des heures de travail proportionnellement aux progrès de la production.

2. Le Canada doit obtenir la possession des chemins de fer, canaux, télégraphes et téléphones et autres moyens de transport et de communications; mais aucun employé ne pourra être renvoyé pour raison politique.

3. Les municipalités doivent obtenir la possessions des chemins de fer locaux, bateaux passeurs, usines à gaz, usines à électricité et autres industries qui sollicitent des franchises municipales; mais aucun employé ne pourra être renvoyé pour raison politique.

4. Les terres publiques doivent être déclarées inaliénables. Révocation de tous les octrois de terre à des corporations ou à des individus qui n'ont pas rempli les conditions requises.

5. Incorporation par les provinces des Trade Unions qui n'ont pas d'organisation nationale.

6. Privilège exclusif pour la Puissance du Canada de faire des émissions monétaires.

7. Législation pourvoyant à l'administration scientifique des eaux et forêts et interdisant le gaspillage des ressources naturelles du pays.

8. Libre emploi de toutes les inventions; la nation devant rémunérer les inventeurs.

9. Impôt progressif sur le revenu et taxe sur les héritages avec exemption sur les petits revenus.

10. Éducation scolaire de tous les enfants au-dessous de 14 ans, obligatoire, gratuite et accessible à tous, au moyen de l'assistance publique en repas, vêtements, livres, s'il est nécessaire.

11. Rappel de toutes les lois contre la mendicité, le vagabondage et des lois somptuaires. Liberté absolue d'association.

12. Statistiques officielles sur la condition du travail. Prohibition du travail des enfants en âge d'aller à l'école et de l'emploi des femmes à des travaux pernicieux pour leur santé et leur moralité. Abolition du système du travail des prisonniers par contrat.

13. Emploi des ouvriers sans travail par les autorités publiques (municipales, locales et fédérales).

14. Paiement des salaires en monnaie légale canadienne. Équation des salaires des hommes et des femmes dans les mêmes travaux.

15. Lois pour la protection contre les accidents dans tous les travaux, et loi effective de responsabilité des patrons.

16. Assurance par l'État contre la maladie et la vieillesse.


DEMANDES POLITIQUES

1. Le peuple doit avoir le droit de proposer des lois et de voter sur les mesures importantes suivant le principe du référendum.

2. Abolition du pouvoir de veto de l'exécutif là où il existe.

3. Autonomie municipale.

4. Vote direct et scrutin secret pour toutes les élections. Droit de suffrage universel et égal pour tous sans considération de croyance, couleur ou sexe. Les élections doivent être jour de congé. Introduction du principe de la représentation proportionnelle.

5. Tous les officiers publics sont soumis au rappel par leurs divisions respectives.

6. Loi criminelle et civile uniforme pour tout le Canada. Administration gratuite de la justice. Abolition de la peine de mort.