Lettre adressée aux habitants opprimés de la province de Québec

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Lettre adressée aux habitants
opprimés de la province de Québec.

De la part du Congrès général
de l’Amérique septentrionale, tenu à Philadelphie.
29 mai 1775

Traduction française de Pierre Eugène du Simitière



AUX HABITANTS OPPRIMÉS DE LA PROVINCE DE QUÉBEC.

Nos amis et compatriotes,

LES desseins formés par un ministre arbitraire pour extirper la liberté et les droits de toute l'Amérique, nous ayant alarmés; un pressentiment du danger commun se joignant aux mouvements de l'humanité, fit que nous vous engageâmes par notre précédente adresse à prêter votre attention à ce sujet de la dernière importance.

DEPUIS la conclusion de la dernière guerre, nous vous avons considérés avec satisfaction comme sujets du même prince que nous: et depuis le commencement du plan actuellement en exécution pour subjuguer ce continent, nous n'avons vu en vous que nos compagnons de souffrance. — La divine bonté d'un Créateur indulgent nous ayant donné à tous un droit à la liberté, et étant tous également voués à une ruine commune par les cruels édits d'une administration despotique, il nous a paru que le sort des colonies protestantes et catholiques était étroitement lié ensemble et conséquemment nous vous invitâmes à vous unir avec nous dans la résolution d'être libres et à rejeter avec dédain les fers de l'esclavage, malgré l'artifice qu'on aurait employé pour les polir.

NOUS devons nous affliger sincèrement avec vous de ce que le jour est arrivé, pendant lequel le soleil ne peut éclairer de ses rayons un seul homme libre dans toute l'étendue de votre pays: Soyez assurés que votre dégradation si peu méritée a émue de la pitié la plus sincère toutes vos sœurs les colonies, et nous nous flattons que vous ne souffrirez jamais (en vous soumettant lâchement au joug que l'on veut vous imposer) que cette pitié soit supplantée par le mépris.

LORSQUE l'on forme des attentats audacieux pour dépouiller les hommes de ces droits qui leur ont été départis par l'Être suprême, lorsque pour donner entrée au despotisme on fraye des routes au travers des pactes les plus solennels, lorsque la foi que le gouvernement a engagée cesse de donner de l'assurance à des sujets fidèles et obéissants, et enfin lorsque les manœuvres et les stratagèmes insidieux de la paix deviennent plus terribles que les opérations les plus sanglantes de la guerre. C'est alors pour eux le temps de maintenir ces droits et de s'opposer avec une indignation vertueuse au torrent de l'oppression qui vient se précipiter sur eux.

PAR l'introduction de la forme actuelle de votre gouvernement ou plutôt la forme actuelle de tyrannie, vous, vos femmes et vos enfants sont faits esclaves — vous ne possédez rien que vous puissiez dire vous appartenir et chaque fois qu'un gouverneur avare ou un conseil rapace seront portés à les demander on peut vous ravir tous les fruits de vos labeurs et de votre industrie. Vous êtes sujets par ces édits à être transportés en pays étrangers pour livrer des batailles dans lesquelles vous n'avez aucun intérêt et répandre votre sang dans des combats desquels vous ne pouvez retirer ni honneur ni profit. La jouissance même de votre religion, suivant le présent système, dépend d'un corps législatif auquel vous n'avez aucune part, et sur lequel vous n'avez point d'autorité, et vos prêtres sont exposés à être chassés, bannis, et ruinés, chaque fois que leurs richesses et leurs possessions en fournira une tentation suffisante: ils ne peuvent pas s'assurer qu'il y aura toujours un prince vertueux sur le trône et si jamais un souverain méchant et négligeant concourrait avec un ministère abandonné à vous dépouiller des richesses et des forces de votre pays, il est impossible de concevoir jusqu'à quelle extrémité et quelle diversité de misère vous pourriez être réduits sous la forme de votre établissement actuel.

NOUS sommes informés qu'on vous a déjà requis de prodiguer vos vies dans un démêlé avec nous: Si vous vous soumettiez à votre nouvel établissement en acquiesçant à cette demande et qu'une guerre s'alluma contre la France, vos biens et vos fils pourraient être envoyés pour périr dans des expéditions contre les possessions de cette nation dans les îles de l'Amérique.

IL n'est pas à présumer que ces considérations ne seront d'aucun poids auprès de vous, ou que vous soyez si fort dénués de toute sentiment d'honneur — nous ne croirons jamais que la présente race de Canadiens aurait si for dégénéré qu'elle ne posséderait plus l'ardeur, le courage et la valeur, de leurs ancêtres; certainement vous ne permettrez pas que l'infamie et la disgrâce d'une pusillanimité pareille rejaillit sur vos têtes et que les conséquences qui s'en suivraient retombassent pour toujours sur celle de vos enfants.

QUANT à nous nous sommes déterminés à vivre libres ou à mourir, et nous sommes résolus que la postérité n'aura jamais à nous reprocher d'avoir mis au monde une race d'esclaves.

PERMETTEZ que nous vous répétions encore une fois que nous sommes vos amis et non vous ennemis, et ne vous laissez point en imposer par ceux qui peuvent tâcher de faire naître des animosités entre nous. — quant à la prise du fort et des ammunitions de Ticonderoga, de même que celle du fort de la pointe à la Chevelure, et des bâtiments armés sur le lac; elle a été dictée par cette grande loi, notre conservation propre, ces forts étaient destinés à nous nuire et à interrompre cette correspondance amicale et cette communication qui a subsisté jusqu'à présent entre votre colonie et les nôtres, nous souhaitons que cette affaire ne nous aye causé aucune inquiétude et vous pouvez faire fonds sur les assurances que nous vous donnons que ces colonies ne poursuivrons aucune mesures quelconques que celles qui seront dictées par l'amitié et une attention pour notre sûreté et notre intérêt réciproque.

COMME l'intérêt que nous prenons à votre prospérité nous donne un titre à votre amitié, nous présumons que vous ne voudriez point en nous faisant injure nous réduire à la triste nécessité de vous traiter en ennemis.

Nous conservons encore quelque espérance que vous vous joindrez à nous pour la défense de notre liberté mutuelle et il y a encore raison de croire que si nous nous joignons pour implorer l'attention de notre souverain aux oppressions inouïes et injustes de ses sujets américains, il sera enfin détrompé et défendra à un ministère licencieux de continuer d'exercer désormais les violences sur les ruines du genre humain.

Par ordre du Congrès,
JEAN HANCOCK, Président.

Philadelphie, le 29me mai, 1775.


Domaine public Ce texte fait partie du domaine public, soit parce que son auteur a renoncé à ses droits (copyright), soit parce que ses droits ont expiré ou encore parce que l'œuvre précède l'apparition du droit d'auteur. Le texte peut donc être librement diffusé et/ou modifié.