Aux électeurs du comté de Surrey

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Aux électeurs du comté de Surrey
Québec, 11 avril 1811.




SOURCE: [1]




MESSIEURS,

Je saisirai cette première occasion de vous témoigner ma reconnaissance. Jamais je n’ai reçu une marque de confiance qui m’ait été aussi sensible que celle que vous m’avez donnée dans les circonstances où j’étais. En me donnant un témoignage public de votre estime, dans un temps où tout paraissait si défavorable pour moi, vous avez montré que vous étiez capables de témoigner ouvertement votre sentiment dans des temps difficiles. Il me semble que c’était vous montrer dignes d’avoir une constitution comme la nôtre, et que par là vous avez rendu un bon témoignage en faveur de votre pays.

Le passé ne doit pas nous décourager, ni diminuer notre admiration pour notre constitution. Toute autre forme de gouvernement serait sujette aux mêmes inconvénients et à de bien plus grands encore ; ce que celle-ci a de particulier, c’est qu’elle fournit les moyens d’y remédier.

Toutes les difficultés que nous avions déjà éprouvées n’avaient servi qu’à nous faire apercevoir les avantages de notre gouvernement. Ce chef-d’œuvre ne peut être connu que par l’expérience. Il faut sentir une bonne fois les inconvénients qui peuvent résulter du défaut d’emploi de chacun de ses ressorts, pour être bien en état d’en sentir l’utilité.

Il faut d’ailleurs acheter de si grands avantages par quelques sacrifices. Heureux que la protection de la mère-patrie, ces sacrifices ne puissent être que légers. Quant à ce qui me regarde, votre conduite à mon égard et celle des électeurs de la Basse-Ville, et d’autres personnes respectables, m’ont déjà fait tout oublier. Je m’efforcerai de vous prouver ma reconnaissance pour mon assiduité à mon devoir.

Je suis,
MESSIEURS,
avec le plus profond respect et
la plus vive reconnaissance
votre très-humble et très-obéissant serviteur,
P. BÉDARD.



Domaine public Ce texte fait partie du domaine public, soit parce que son auteur a renoncé à ses droits (copyright), soit parce que ses droits ont expiré ou encore parce que l'œuvre précède l'apparition du droit d'auteur. Le texte peut donc être librement diffusé et/ou modifié.