Appel aux Nations

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Appel aux Nations
21 janvier, 1919




Source : [1]



Aux Nations du Monde ! Salut fraternel !

La nation irlandaise ayant proclamé son indépendance nationale fait appel a toutes les nations libres par l’organe de ses représentants élus, réunis en assemblée nationale dans la capitale d’Irlande ce 21 janvier, 1919, et leur demande d’accorder leur appui à la République irlandaise en reconnaissant à l’Irlande la qualité de Nation et son droit de faire valoir ses titres de nation au Congrès de la Paix.

Au point de vue intérieur, la race irlandaise, la langue irlandaise, les mœurs irlandaises, les traditions irlandaises sont foncièrement distinctes des éléments analogues en Angleterre ; l’Irlande est une des nations les plus anciennes de l’Europe et elle a conservé forte et intacte son intégrité nationale à travers sept siècles d’oppression étrangère ; elle n’a jamais renoncé à ses droits nationaux, et, durant les longs siècles de l’usurpation anglaise, elle a affirmé hardiment à chaque génération, et dernièrement encore par son glorieux appel aux armes de 1916, ses inaliénables droits de nation.

Au point de vue international, l’Irlande est la clef de l’Atlantique, l’Irlande est le dernier avant-poste de l’Europe du côté occidental: l’Irlande est le point de convergence des grandes voies commerciales qui relient l’Europe a l’Amérique. La liberté des mers exige son indépendance ; ses beaux ports, au lieu de rester exclusivement aux mains de l’Angleterre, doivent s’ouvrir au commerce mondial. Ses ports sont actuellement déserts et sans vie pour la seule raison que la politique anglaise a pris le parti bien déterminé de garder l’Irlande comme une stérile place forte dans l’intérêt du développement de l’Angleterre, si bien que la situation géographique de cette Île loin d’être utile à l’Europe et à l’Amérique et loin de les garantir, soit exclusivement aux desseins de domination mondiale de l’Angleterre.

Aujourd’hui, à la face du monde transformé par la guerre, l’Irlande affirme derechef ses droits authentiques de nation. Elle le fait d’autant plus hardiment qu’elle accepte la liberté et la justice comme principes fondamentaux du droit international, qu’elle reconnaît que la coopération loyale des peuples est le meilleur moyen de faire valoir l’égalité civile contre les privilèges acquis des tyrannies établies, que rien n’assurera une paix durable en Europe tant que la domination militaire sera maintenue au profit des puissances impérialistes, que cette paix demande que dans chaque pays le pouvoir soit fondé sur la libre volonté d’un peuple libre, et enfin que l’état de guerre actuel entre l’Irlande et l’Angleterre ne pourra prendre fin qu’au moment où les troupes anglaises auront définitivement évacué ce pays.

C’est pour ces motifs, entre autres, qu’au début de cette ère qui promet la “self-determination” et la liberté, l’Irlande ayant pris l’inébranlable résolution de ne plus souffrir la domination étrangère, fait appel à chacune des nations libres pour appuyer les droits qu’elle a, comme nation, à l’indépendance absolue sous la forme républicaine, nonobstant les prétentions injustifiées de l’Angleterre, dont le seul titre dérive de la fraude et dépend d’une écrasante occupation militaire ; elle demande à être mise en présence de l’Angleterre en séance publique au Congrès des Nations, afin que le monde civilisé, ayant jugé entre la mauvaise foi anglaise et le bon droit du peuple irlandais, engage son appui permanent pour assurer l’indépendance de l’Irlande.



Domaine public Ce texte fait partie du domaine public, soit parce que son auteur a renoncé à ses droits (copyright), soit parce que ses droits ont expiré ou encore parce que l'œuvre précède l'apparition du droit d'auteur. Le texte peut donc être librement diffusé et/ou modifié.