Différences entre versions de « Les Québécois sont des Flamands! »

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à la navigation Aller à la recherche
 
Ligne 4 : Ligne 4 :
  
 
J'avais laissé derrière moi Bruxelles, les moules, les frites et la tendre guerre entre les Flamands et les Wallons, pour venir m'installer au Canada, terre de vos aïeux, des grands espaces, de la charte des droits et libertés et des casques bleus. Je ne m'attendais certainement pas à vivre une réplique du complexe linguistique belge qui me donnait envie, chaque matin, de jeter mon radio-réveil par la fenêtre.
 
J'avais laissé derrière moi Bruxelles, les moules, les frites et la tendre guerre entre les Flamands et les Wallons, pour venir m'installer au Canada, terre de vos aïeux, des grands espaces, de la charte des droits et libertés et des casques bleus. Je ne m'attendais certainement pas à vivre une réplique du complexe linguistique belge qui me donnait envie, chaque matin, de jeter mon radio-réveil par la fenêtre.
 +
 +
Il m'a suffit de fréquenter quelques francophones avec la fleur de lys tatouée à la place du CH, de travailler avec Ze Rest Of Canada et de zapper la télé pour comprendre. Le Québec, ce n'est pas le Canada. Montréal, ce n'est pas Toronto. Et les Québécois... ce sont des genres de Flamands.
  
 
[...]
 
[...]
  
 
[[Catégorie:Articles]]
 
[[Catégorie:Articles]]

Version du 15 septembre 2009 à 03:20


Les Québécois sont des Flamands!
2009

Transcrit par Benoît Rheault de:

Urbania



Quand j'ai quitté ma Belgique natale et que je suis arrivé la première fois à l'aéroport international de Montréal, un soir de tempête de neige du siècle, j'avais en tête tous les clichés: la cabane, les tabernacles, les castors, la police montée, le blizzard comme dans Lucky Luke, les trapeurs et les chemises à carreaux.

J'avais laissé derrière moi Bruxelles, les moules, les frites et la tendre guerre entre les Flamands et les Wallons, pour venir m'installer au Canada, terre de vos aïeux, des grands espaces, de la charte des droits et libertés et des casques bleus. Je ne m'attendais certainement pas à vivre une réplique du complexe linguistique belge qui me donnait envie, chaque matin, de jeter mon radio-réveil par la fenêtre.

Il m'a suffit de fréquenter quelques francophones avec la fleur de lys tatouée à la place du CH, de travailler avec Ze Rest Of Canada et de zapper la télé pour comprendre. Le Québec, ce n'est pas le Canada. Montréal, ce n'est pas Toronto. Et les Québécois... ce sont des genres de Flamands.

[...]