Lettre à laquelle on a joint un mémoire du comité constitutionnel de Montréal concernant la constitution projetée

De La Bibliothèque indépendantiste
Aller à : navigation, rechercher


Lettre à laquelle on a joint un mémoire du comité constitutionnel de Montréal concernant la constitution projetée
28 février 1785



Messieurs,

Nous vous acheminons le duplicata de notre lettre en date du ___ ainsi que celui de nos adresses, nous espérons que les originaux vous serons parvenus avant la fin de la session du Parlement, et que vous les aurez présentées et appuyées de tout votre crédit.

Nous y avons joint aussi les suppliques des nouvelles signatures que nous avons recueillies depuis ce temps-là, et jusques à ce jour, tant à Québec qu'ici, et nous sommes résolus de continuer, afin d'en recevoir autant qu'il nous sera possible, pour vous les faire passer immédiatement.

Les pièces qui sont sorties de la plume du comité opposé au notre, et dont nous avons envoyés des copies disent plus contre lui que nous ne pourrions dire nous-mêmes, vous en connaitrez les auteurs dont la majeure partie attachés au gouvernement par des emplois ou charges qu'ils ou qu'ils espèrent d'y occuper par la suite, ont enfanté le projet de s'opposer à notre judicieux plan d'une Chambre d'assemblée.

La crédulité fille ainée de l'ignorance a fait des progrès rapides parmi la basse classe du peuple, on a insinué qu'il s'agissait dans notre plan de taxe et on l'a crue d'abord sans un plus mur examen, l'alarme une fois répandue dans les esprits a procuré au parti opposé bien des croix au lieu de signatures. Nous laissons a vos réflexions tout ce que l'on peut dire sur de telles croix recueillies peut-être avec bien peu de scrupule.

La marche de l'opposition est marquée au coin du plus vil intérêt premier moyen de réfutation de leur requête.

Vouloir prétendre et demander la continuation d'un gouvernement arbitraire et absolue, parce que quelques particuliers y trouvent seuls leurs compte c'est être injuste, second moyen de réfutation.

Demander à jouir des privilèges, prérogatives, immunités, et dont jouissent tous les sujets britanniques, sous une forme de gouvernement qui les exclut de fait, c'est n'être pas d'accord avec soi-même, troisième moyen de réfutation.

Il semble que les esprits reviennent peu à peu de leur première erreur, depuis quelques jours nous trouvons moins de difficultés. L'opposition s'affaiblit et biens des gens paraissent avoir un vrai repentir d'avoir signé l'adresse qu'elle a fait. La vérité percera à travers les nuages qui l'obscurcissent.

Nous nous reposons sur tous vos soins comme notre demande est tout a fait conformes aux principes de la constitution britannique, et que tout sujet qui vit sous une pareille domination y a un droit né.

Nous osons nous flatter d'y être admis.

Nous avons l'honneur d'être, avec confiance,
Messieurs,
Vos très humbles et
très obéissants serviteurs.

Montréal, ce 28 février 1785.

Nous nous proposons d'envoyer, immédiatement après que les glaces seront parties, à Cataracoui, pour y recueillir les signatures des royalistes qui sont établis dans cette partie-là, et ailleurs, et nous sommes persuadés de les avoir toutes indistinctement. Toutes les signatures que nous nous sommes procurées viennent de la pure volonté des personnes qui les ont données et d'une connaissance parfaite de nos juste demandes. Pas une d'elle ne cesse de faire des vœux pour la réussite : elles sentent que leur bonheur futur en dépend.

(signé)

Dumas St-Martin
John Delisle
Jh. Papineau
Blondeau
Guy
Fortier
Jh. Perinault
Perrault
Bouthillier

Même jour et quantième
Richard Dostie
James McGill
Kay
Bayard
Benjamin Frobisher
James Findlay
McTvische

Duchenaux père
Ls. Duchenaux fils
Ls. Turgeon
Ls. Germain fils
L. Dunière
Jean Baillargé
Ch. Pinquet
Dufau
Perrault l'ainé

Notes


Domaine public Ce texte fait partie du domaine public, soit parce que son auteur a renoncé à ses droits (copyright), soit parce que ses droits ont expiré ou encore parce que l'œuvre précède l'apparition du droit d'auteur. Le texte peut donc être librement diffusé et/ou modifié.